Avant la réunion festive du mois de juin qui marquera le milieu de notre saison A.O.C. 2013, la session du mois de mai sera consacrée exclusivement à l’Alsace avec les thèmes suivant :

1. Les grands pinots noirs alsaciens
2. Les différentes expressions du gewurztraminer

Cette association un peu chauvine n’a pas été programmée volontairement mais des problèmes de disponibilités des membres organisateurs nous ont conduits à repenser nos associations thématiques initiales pour finalement aboutir à une série alsaco-alsacienne…ceci dit avec des vins aussi différents que les pinots noirs et les gewurztraminers, on ne risque pas la monotonie.
Les séries ont été conçues par Eric et Guy avec des bouteilles qui viennent en majeure partie de leurs caves personnelles.

DSC_0293La série de rouges avec un petit intrus.


Les pinots noirs ont été débouchés 2 heures avant la dégustation.
Les gewurztraminers ont été débouchés juste avant le service.
Les vins sont goûtés à l’aveugle et présentés le plus souvent 2 par 2
Verres Spiegelau Authentis 01

Soirée Club AOC du 3 mai 2013 à La Wantzenau


Thème 1 : le pinot noir en Alsace, comme un ilot rouge dans une mer blanche…


« F » 2010 – Domaine Beck-Hartweg à Dambach : le nez est discrètement torréfié et finement aromatique (cerise bigarreau) la bouche est bien légère avec une toucher très soyeux et une finale nette où on perçoit des notes de noyau de cerise.
« W » 2011 – Domaine Weinbach à Kaysersberg : le nez est marqué par un élevage très fin qui laisse s’exprimer des belles notes de fruits noirs et de fumé très léger, en bouche la matière est volumineuse avec une chair généreuse et une finale longue…peut-être un peu chaude ?

DSC_0294


Ouverts et bien gourmands, les vins de cette première doublette commencent la série d’une façon fort plaisante. Un peu marqué par l’exubérance du millésime le 2011 des Weinbach devra encore se calmer un peu en cave alors que le vin de Florian, récolté une année plus tôt sur les granits du Frankstein coule comme du petit lait…MIAM !


Vieilles Vignes 2004 – Domaine B. Bohn à Reichsfeld : le nez est mûr et joliment fruité avec des notes de cerise confite, la bouche est ronde avec une chair juteuse et un équilibre très harmonieux.
Bourgogne Pinot Noir 2007 – Domaine F. Gerbet à Vosne Romanée : le nez est assez agréable et d’une belle complexité avec un registre végétal assez marqué complété par quelques notes florales discrètes, la bouche est légère, avec une matière un peu fluette et une finale courte.

DSC_0295


Avec son fruit très élégant et sa texture soyeuse, le pinot noir de Bernard Bohn a crée la première surprise de la soirée : issu d’un millésime très compliqué pour ce cépage, cette cuvée provenant de parcelles gréseuses (80%) et schisteuses (20%) montre un caractère très charmeur et un équilibre parfaitement abouti. J’avoue avoir immédiatement pensé au pirate bourguignon…Raté, une fois de plus !
Pourtant originaire d’une bonne maison de Vosne, le bourguignon n’a convaincu personne ce soir : maturité limite et corpulence bien trop maigre…Grosse déception !


Les Neveux 2009 – Domaine Hugel à Riquewihr : le nez s’ouvre sur des notes d’élevage très raffinées (boisé fin, fumé léger et arômes de croûte de pain grillé) avant de livre quelques délicates nuances florales, en bouche il y a une fine acidité, un grain tannique soyeux qui contrebalancent une matière riche et concentrée, la finale est fraîche et longuement aromatique.
« M » 2009 – Domaine L. Barth à Bennwihr : après une petite pointe de réduction à l’ouverture, le fruit pointe discrètement avec des notes de cerise et de framboise, en bouche la première approche laisse une impression légèrement décousue mais le jus est pur, dense et velouté, l’équilibre reste très tonique et la finale étonne par sa grande sapidité.

DSC_0296


Voilà deux très belles bouteilles qui expriment de façon très différente le millésime 2009 :
- issue d’une parcelle de « Muschelkalk » sur le lieu-dit « Pfostig » la cuvée des Neuveux de Hugel n’est élaborée que dans les grandes années. Après un élevage de 10 mois en barriques neuves, ce pinot noir assume pleinement son style bourguignon et régale l’assemblée par la classe et la noblesse de sa texture.
- issue du Grand Cru « Markrain » la cuvée de Laurent Barth semble beaucoup moins travaillée en cave mais séduit par son énergie et sa profondeur.
Ceci dit, il ne faut pas oublier que ces deux vins qui se goûtent avec facilité et plaisir aujourd’hui sont encore bien loi de leur apogée.


Cuvée XXC 2005 – Domaine Stoeffler à Mittelbergheim : le nez est intense et flatteur sur la confiture de quetsches, la bouches est agréable avec une belle rondeur, un toucher très soyeux et une finale très longue sur les fruits noirs confits.
Cœur de Bollenberg 2009 – Domaine F. Schmitt à Orschwihr : le nez est fin et délicat sur les fruits rouges bien mûr avec une fine touche boisée très élégante, la bouche donne une fine impression de moelleux (mais le vin n’a pas de SR), la texture possède un raffinement très bourguignon et la finale franche et fraîche étire un joli sillage aromatique fruité.

DSC_0297


La belle série continue avec cette nouvelle doublette de très haut niveau. Récoltée sur le Grand Cru Kirchberg de Barr la cuvée XXC de Vincent Stoeffler se tient parfaitement bien après plus de 7 ans de vieillissement : avec ses arômes confits et sa très belle présence en bouche, ce pinot noir se présente aujourd’hui comme un grand séducteur…presque irrésistible. Le vin de Frédéric Schmitt provient du coteau du Bollenberg et témoigne par la finesse de son élevage de l’admiration que ce vigneron voue à la Bourgogne…pour moi c’est la plus belle bouteille de la série. MIAM !


Pinot Noir 1998 – Domaine Muré à Rouffach : le nez poussiéreux et limite liégeux ne laisse que peu d’espoir sur l’état de ce vin, la bouche montre encore un très bel équilibre mais l’aromatique reste complètement déviante.
La déception de la série viendra d’une maison qui tient une solide réputation de qualité sur sa production de pinots noirs (sur le Vorbourg notamment) mais il faut se rendre à l’évidence, cette cuvée est flinguée par un bouchage défectueux. Dommage !


Invité de dernière minute à cette soirée, Bernard Bohn n’est évidemment pas venu les mains vides : pour terminer cette première série, il nous propose de déguster ses deux cuvées actuellement au tarif du domaine.

Tradition 2010 : le nez est très engageant sur les fruits rouges (framboise) et le massepain, la bouche reste bien fruitée avec un équilibre aérien et une grande buvabilité.
Les Roches Rouges 2008 : le nez est plus discret sur la cerise noire, la bouche possède un grain fin et une silhouette élégante, la finale franche et finement minérale est soutenue par des tanins très soyeux.

DSC_0298


Issue de terroirs gréseux et élevée en foudres la cuvée « Tradition » joue la carte, de la gourmandise du fruit et de la sapidité, provenant de terroirs de grès (80%) et de schistes (20%) et élevée plus longuement en fûts de chêne, la cuvée « Roches Rouges » a une personnalité plus complexe et plus racé mais se livrera bien davantage avec quelques années de garde supplémentaires. Le 2004 dégusté et plébiscité à l’aveugle dans la série en apporte une preuve éclatante.
Ces deux vins réussis mais très différents nous montrent deux interprétations possibles de ce cépage en Alsace…Conclusion réussie pour cette série !


Pour conclure :

- Pour tout dire, après la récente dégustation d’une longue série de pinots noirs 2003 avec l’Oenothèque Alsace et le sentiment très mitigé qu’elle m’a laissé, je n’étais pas forcément ravi de retrouver ce cépage aussi rapidement…
Mes réticences furent cependant de courte durée car dès la première paire de cette sélection, j’ai compris que nous allions passer une très bonne soirée en compagnie de ces vins rouges alsaciens.

- Excepté le flacon défectueux, toutes les cuvées sélectionnées par Eric et Guy ont obtenu de très bonnes appréciations par l’assemblée de dégustateurs présents ce soir : matières mûres, extractions et élevages mesurés pour obtenir des équilibres frais et des finales nettes et souvent bien sapides.
Contrairement à mes attentes l’intrus bourguignon n’a pas tenu la comparaison face à cette dizaine de belles pointures alsaciennes...j’en fus le premier étonné !

- Pour les coups de cœur, le choix est évidemment très difficile : il y a bien sûr le vin de la maison Hugel qui affirme une classe incomparable, mais son prix (entre 50 et 60 euros) le placent hors concours pour moi.
Dans le même style mais avec un rapport Q/P nettement plus favorable, Cœur de Bollenberg monte avec facilité sur la plus haute marche de mon podium personnel…Bravo à Frédéric Schmitt pour cette belle quille !


Thème 2 : un petit aperçu des multiples facettes du gewurztraminer


VDP de France La Haute Cassagne 2012 – Saint Gilles : le nez est intense et charmeur sur l’eau de rose avec une petite touche fumée, la bouche est moelleuse avec un côté fruité agréable mais l’ensemble manque de fond et la finale est très courte…presque inexistante.

DSC_0299
Acheté lors de ma tournée printanière dans les vignobles du sud, suivant les conseils de Jérôme le caviste de la Maison des Vins de l’Espiguette (Port Camargue), cette bouteille a été placée en tête de série pour voir la réaction de notre assemblée œnophile.
L’aromatique très « cosmétique » (savon Cadum) a un peu surpris mais pas franchement déplu par contre le manque de matière en bouche a été évidente pour tout le monde.
Notre vigneron, qui, comme tous les autres, ignorait vraiment tout de la provenance du flacon, a relevé quelques indices qui selon lui trahissaient des interventions œnologiques très particulières….
Né sur le terroir des Costières de Nîmes, ce gewurztraminer va flatter très facilement les sens des futurs estivants, mais en ce qui concerne son intérêt pour le dégustateur un peu averti il n’y a pas à discuter, ça reste un très petit vin…les « bons » vignerons alsaciens peuvent encore dormir tranquille !


Cuvée Réservée 2011 – Domaine P. Gaschy à Eguisheim : le nez est agréable et très classique avec une touche exotique (litchi et mangue) et florale (bouton de rose, guimauve), la bouche est ample et ronde avec un moelleux très sensible mais la structure acide n’est pas assez solide pour tenir l’équilibre…un peu mou !
G. C. Kaefferkopf 2010 – Domaine J.M. Bernhard à Katzenthal : le nez est tonique et complexe sur les agrumes mûrs (mandarine, pomelo) et le poivre blanc, la bouche est volumineuse, concentrée avec une belle trame acide qui tient solidement la structure, la finale est rafraîchie par une marque minérale très nette.

DSC_0300


Peut-être victime des excès du millésime 2011, la cuvée de Gaschy qui possède une très belle définition aromatique manque de tonus à mon goût…dommage !
Le gewurztraminer Grand Cru de Bernhard est simplement parfait…une fois de plus un vin de ce producteur de Katzenthal remporte la majorité des suffrages : expression aromatique nette et précise et balance impeccable en bouche…quelle maîtrise !


Vendange Tardive 2008 – Domaine Beck-Hartweg à Dambach : le nez flatteur mais sans excès développe une jolie palette sur les agrumes confits, la bouche est opulente mais bien équilibrée avec des arômes de raisin de Corinthe, la finale est nette et rafraîchie par une pointe minérale.

DSC_0301


Issue principalement de baies en surmaturité (Florian n’aime pas trop le botrytis…) cette cuvée VT très classique dans son expression associe avec élégance une matière épanouie et une trame acide fine mais profonde…Belle réussite !


Vendange Tardive 2005 – Domaine Hugel à Riquewihr : le nez s’ouvre sur d’intenses notes de réduction qui disparaissent après oxygénation pour laisser la place à une palette complexe sur les agrumes mûrs et la rose, en bouche le moelleux est délicat, velouté mais sans lourdeur, l’équilibre est impeccable et la finale possède une longueur aromatique considérable.

P1060456


G. C. Mambourg Vendange Tardive 2005 – Domaine G. Fuchs à Sigolsheim : le nez est très mûr sur le raisin sec, les fruits exotiques et les épices douces, en bouche la matière est dodue mais le moelleux très prononcé ne trouve pas de répondant, la finale est complexe avec des notes de mangue confite, de caramel et un botrytis sensible.
Insolent de jeunesse et d’équilibre la cuvée V.T de Hugel, issue du Grand Cru Sporen, met tout le monde d’accord…on est face à un très grand vin…mais pouvait-il en être autrement !
Le vin issu du Mambourg est plaisant mais un peu trop riche...au bout de 7 ans de vieillissement il n’a pas encore trouvé son harmonie. J’ai bien peur qu’il n’y arrivera plus…


Dernier petite contribution de Bernard Bohn à la réussite de cette soirée :

Gewurztraminer S.G.N. 2000 : le nez est fin avec une palette sur les fruits exotiques, en bouche, après une attaque bien vive la matière ample et équilibrée posée sur une ligne acide puissante bâtit un équilibre très élégant, la finale est très digeste avec des nuances poivrées et une fine amertume.

DSC_0302


Les 80 g de SR restants sont superbement intégrés dans la matière encore très gourmande de cette SGN qui porte fièrement son âge respectable (plus de 12 ans quand même !).
Remarquable par son équilibre, ce gewurztraminer semble commencer sa phase de maturité…j’irai bien le revoir dans 10 ans !


Pour conclure :

- Comme il fallait s’y attendre, avec une série de 6 ou 7 flacons on ne pouvait que survoler le problème de la multiplicité des personnalités du gewurztraminer : certes avec ce cépage très aromatique les palettes exotiques ou florales plus ou moins épicées se retrouvent sur la majorité des cuvées mais en ce qui concerne les équilibres en bouche la gamme est presque illimitée…allant du sec (ou presque) au liquoreux parfois extrême avec certaines « quintessence » ou autres qui peuvent atteindre le demi kilo de S.R. par litre !

- Il n’en reste pas moins que ces gewurztraminers ont été goûtées avec grand plaisir : à part l’invité surprise du sud qui ne tenait vraiment pas la route les 6 vins se sont livrés avec naturel et spontanéité. En considérant la finesse de leur équilibre en bouche, la différenciation qualitative se faisait assez naturellement : la marque du terroir et la maîtrise du vinificateur comme juges de paix…normal !

- N’étant pas trop amateur de cuvées trop moelleuses, je reste néanmoins ébahi par la précision du travail des Hugel sur leur V.T. 2005, évident de classe et de potentiel mais pour le coup de cœur j’opterai pour le Kaefferkopf 2010 des Bernhard : précis, facile à approcher mais avec beaucoup de fond…un vin vraiment abouti.

- Merci à Eric et à Guy d’avoir su choisir ces flacons…au vu de l’offre cela n’a pas du être chose aisée ! Merci à Bernard d'avoir complété nos séries avec quelques belles surprises issue de sa propre production.