Puligny Montrachet 2010 – F. Carillon à Puligny

DSC_0378

Robe : jaune pâle avec des reflets argentés.
Nez : d’intensité moyenne mais d’une très grande finesse l’olfaction révèle de délicates notes de fleurs, de fougère et de citron frais.
Bouche : longiligne et d’une très grande élégance, elle séduit par sa matière qui trouve déjà un très bel équilibre entre son gras et son acidité très noble, la finale est précise, franche avec un côté finement tannique qui la rend particulièrement sapide.
Le premier Puligny signé François Carillon a tenu toutes ses promesses : la pureté et la droiture de ce vin témoignent de la qualité irréprochable des jus et d’une maîtrise parfaite des élevages.
J’ai surement un peu précipité l’ouverture de cette bouteille, mais je n’ai aucun regret…c’était diablement bon !


Les Calcinaires – VDP des Côtes Catalanes blanc 2011 – G. Gauby à Calce

DSC_0380


Robe : jaune clair avec un léger trouble.
Nez : délicat et agréable avec des notes d’herbes de garrigue et d’agrumes frais.
Bouche : après une attaque très vive, la matière se pose tranquillement en bouche, l’acidité bien large donne un joli relief à une matière ample et charnue, la finale est assez droite avec une fine amertume et un côté minéral qui commence à se montrer.
Je ne sais pas pourquoi, mais ce vin que je goûte pour la deuxième fois, me fait penser à un riesling Stein de J.P. Rietsch : les profils olfactifs sont très proches et leurs présences en bouche dégagent la même impression d’énergie, même si Calcinaires demeure le plus dense et plus volumineux des deux.
En tous cas, voilà une superbe bouteille qui fera sauter un bon nombre d’idées reçues sur les vins blancs du sud !


Château l’Escart Cuvée Omar Khayam Bordeaux Supérieur 2002 – Saint Loubès

DSC_0386
Robe : épaisse et très dense, presque noire.
Nez : élégant et stylé avec une palette timide légèrement empyreumatique et discrètement fruitée (confiture de fruits noirs).
Bouche : charnu, généreux et très dense avec des tanins veloutés, une trame acide sensible mais bien mûre et une finale de longueur moyenne mais très digeste.
Issue d’un terroir argileux et légèrement calcaire situé aux portes de Bordeaux cette cuvée baptisée du nom de ce célèbre poète persan montre une forme de plénitude en bouche, qui me rappelle pourquoi j’ai beaucoup aimé les vins de cette région.
N’oublions jamais qu’à l’ombre des grands crus spéculatifs se cachent des pépites comme ce domaine passé aujourd’hui en biodynamie et dirigé par Lorena et Damien Laurent.


Muscat Rosé 2011 – B. Bohn à Reichsfeld

DSC_0387

Robe : rose orangé avec des reflets topaze.
Nez : assez discret il livre des notes de bonbons à la fraise (fraise tagada) complétés par de fines nuances florales.
Bouche : l’aromatique est beaucoup plus expressive qu’au nez avec une palette fruitée et florale qui s’intensifie et se complexifie, la matière est mûre avec une petite rondeur en milieu de bouche mais une finale nette et longue soutenue par une fine tannicité.
Etrange, surprenant à bien des égards avec une palette qui me fait penser aux muscats secs qu’on trouve du côté de Beaumes de Venise, ce vin qui se déguste avec plaisir et facilité remplacera avec bonheur les insipides breuvages rosés qu’on trouve hélas trop souvent sur nos tables estivales.


Shesh i Zi 2009 – Vila Shehi - Albanie

DSC_0326
Robe : rouge sombre avec une fine frange rubis
Nez : ouvert et assez intense il offre une palette mûre et agréable sur la prune confite et l’amande douce.
Bouche : la matière assez riche avec un toucher velouté trouve un équilibre intéressant grâce à une acidité fine mais bien large, la finale bien glissante et finement aromatique est un peu perturbée par quelques nuances alcooleuses.
Issu d’un cépage Shesh i zi, qui tient son nom du village de Shesh (à 15 km de Tirana), ce vin rouge séduit pas son caractère franc et direct mais montre encore quelques lacunes notamment sur le plan de l’équilibre et de la profondeur.

Aussi ancien que celui de la Grèce voisine, le vignoble albanais qui a été victime d’une histoire compliquée, est en train de se reconstruire peu à peu depuis le début des années 90 : amélioration de l’état sanitaire des vignes existantes, restructuration du vignoble, sélection des plants et des cépages, formation des viticulteurs

 

349px-Map_of_Albanian_Wine_VarietiesPour se repérer un peu : le vignoble de Shesh se situe à l’ouest de Tirana

Personnellement, la perspective d’avoir un nouveau vignoble à explorer dans les prochaines années me réjouit !

 

eichb (12)De retour en Alsace avec des vignes en fleurs sur le Grand Cru Eichberg