Décidément il se passe toujours quelque chose dans la cave des hospices de Strasbourg !
Deux semaines après la conférence de presse des diVINes d’Alsace ce lieu chargé d’histoire accueille les Compagnons du Devoir pour célébrer la réalisation d’une œuvre d’adoption d’un jeune charpentier : un beffroi en sapin qui supporte une cloche en bronze appartenant à l’Hôpital Civil.

DSC_0456Le beffroi sous les voûtes de la cave.

Ornant depuis des siècles la façade de la pharmacie de l’hôpital civil cette cloche qui a été décrochée en 2012 pour des raisons de sécurité retrouvera une seconde vie grâce au travail d’un jeune aspirant compagnon.
Cette pièce fondue en 1766 dans le Palatinat (à Zweibrücken) a trouvé un nouveau support qui lui permettra de figurer en bonne place dans un espace musée en cours de réalisation dans la cave.

DSC_0455Le jeune charpentier posant à côté de son œuvre.

Par la suite, les nombreux compagnons présents pour soutenir leur camarade ont été invités à une visite détaillée des lieux avec la présentation de certaines pièces de tonnellerie exceptionnelles.

DSC_0459

Fabriqué au cours du 18° siècle ce foudre a comme particularité d’avoir une face avant ovoïde et une face arrière ovale

DSC_0462

Comme les traverses de ce foudre étaient décorées avec des inscriptions à la gloire du roi, des révolutionnaires furent chargés de le détruire, mais face à la beauté de cette futaille ils se sont contentés de goujonner les gravures prohibées en oubliant d’ailleurs quelques fleurs de lys…

DSC_0460

Fabriqué une centaine d’années plus tard ce petit tonneau est ovoïde à l’avant et parfaitement circulaire à l’arrière…encore plus fort !

La visite se termine avec la présentation du plus vieux vin en tonneau du monde : après la longue histoire de cette étonnante cuvée, racontée avec beaucoup d’emphase par note guide, tout le monde a eu droit à un petit « snif » de la bonde trempée dans ce précieux liquide…magique !

DSC_0467Les jeunes compagnons en pleine leçon d’histoire face au fût contenant du vin issu du millésime 1472.

DSC_0463

Une bouteille du millésime 1472…juste pour voir la couleur de la robe.

Un buffet proposant des « Kougelhopf » aux lardons et des brioches alsaciennes (des « Zopf »), le tout arrosé par deux cuvées estampillées « Hospices de Strasbourg » a clôturé cette petite cérémonie comme il se doit.

Originaire de la cave de Hunawihr, le crémant Cuvée des Hospitaliers, issu d’un assemblage de pinot blanc, d’auxerrois et de chardonnay, est finement floral avec un équilibre sec et tonique qui le rend particulièrement désaltérant.

DSC_0461

La cuvée Kaefferkopf 2011 (assemblage de 70% gewurztraminer + 15% de pinogris + 15% de riesling), provenant du domaine Kuhn à Ammerschwihr, montre une aromatique assez discrète mais affirme une bouche concentrée et une belle sapidité en finale.

DSC_0466

Comme vous avez surement du vous rendre compte, j’aime bien cette cave située dans le centre de la capitale alsacienne, à quelques pas de la cathédrale…et qui nous rappelle qu’il fut un temps où la viticulture et la médecine combattaient dans le même camp pour le bien-être des hommes.

Bien que le vin n’ait pas été le thème principal de cette petite fête, j’ai quand même eu envie de partager ces moments avec vous pour rendre hommage à cette noble association des Compagnons du Devoir et me réjouir de la naissance de plusieurs projets de collaboration entre ces artisans experts et les Hospices de Strasbourg.
Ces bâtiments splendides recèlent des trésors architecturaux – notamment les charpentes qui sont de véritables chefs-d’œuvre – qui pourront donner des idées à nos futurs maçons, ferronniers, charpentiers…sans oublier que d’un autre côté les compétences de ces jeunes travailleurs manuels seront précieuses pour d’éventuelles opérations de restauration ou de réhabilitation…comme celle que nous avons pu admirer aujourd’hui.

DSC_0457Et dire qu’on est dans un hôpital…si Claude Evin savait ça !!!