Gewurztraminer L’Hostellerie2009 – Domaine E. Beyer à Eguisheim

CIMG4803
Robe 
: jaune clair, brillant.

Nez : intense et pénétrant, il développe des arômes puissants de cône de houblon sur un fond de fruits exotiques et de craie humide.
Bouche : après une attaque douce et suave, la matière se pose en bouche avec volupté et élégance, riche, onctueuse mais tenue par une structure minérale bien présente, la finale est sapide et longuement aromatique.
Les arômes puissants mais atypiques de ce gewurztraminer me font faire un long voyage dans le temps : assis dans une grange je cueille soigneusement les cônes de houblon pour les jeter dans un grand panier en osier. Ma grand-mère est assise à côté de moi et les voisins venus nous prêter main forte forment un cercle bavard autour du tas de lianes odorantes…j’ai 4 ans et je suis heureux !
Merci Christian !


Puligny Montrachet 1°Cru Les Referts 1999 – Domaine L. Carillon à Puligny

CIMG4805

Robe : jaune prononcé mais très brillant.
Nez : complexe et profondément minéral il livre une palette sur la terre glaise, le silex, les herbes aromatiques (romarin, ciste…), le camphre…
Bouche : volumineuse et puissante avec une silhouette anguleuse elle s’articule autour d’un squelette acide énergique et un grain minéral dense et concentré, la finale qui révèle une tension longue et un peu austère laisse persister des arômes nobles et raffinés.
Après 14 années de vieillissement, ce premier cru de Puligny est un vin ténébreux, monolithique et d’une puissance minérale hors norme.
Je pense que ce cru est arrivé à maturité aujourd’hui…mais bien malin qui dira quand il commencera à décliner. Moi j’y sens un souffle d’éternité…


Tokaji 5 puttonyos aszù 2000 – Château Dereszla

CIMG4807

Robe : vieil or avec beaucoup d’éclat.
Nez : intense et complexe il s’ouvre sur des notes de raisin de Corinthe avant de déployer une palette évolutive très mûre et très riche, agrumes confits, pêche au sirop, vanille, épices douces…
Bouche : l’attaque est marquée par une acidité puissante et incisive mais très vite la douceur de la matière prend le dessus et envahit le palais en le tapissant d’une liqueur flamboyante, épaisse, moelleuse et longuement aromatique.
Epais, concentré et puissamment aromatique ce vin spectaculaire qui se déguste à toutes petites gorgées (un peu comme une vieille eau de vie), est un très grand liquoreux qui n’a peut-être pas encore atteint sa pleine maturité…mais je me demande si le temps aura un jour raison de ce géant.


Côte de Brouilly Les Griottes de Brulhié 2011 – Château Thivin à Odenas

Robe : noire dense avec une fine frange violine.
Nez : riche et mûr il développe de beaux arômes de prune et de confiture de mûre agrémentés d’une petite touche florale.
Bouche : opulent dès l’attaque, le vin déploie une matière volumineuse avec une mâche pleine de volupté et une finale longue et rafraîchie par une acidité assez pointue et une minéralité bien nette.
Offerte par Claude-Edouard Geoffray cette cuvée rare de Côte de Brouilly (je crois qu’elle n’est jamais longtemps au tarif du domaine) fut une divine surprise : le gamay dans son interprétation la plus noble. Grand vin !
Je vais essayer d’en savoir un peu plus lors de ma prochaine visite…

DSC_0782La carrière du Florimont en septembre